En 1999, à la suite d’une invitation de madame Madeleine Roy, journaliste pour la Société Radio-Canada, six femmes participaient à une émission qui allait changer leur vie. En effet, six mois après ce souper télévisé, ces dames, en compagnie d’un groupe d’une trentaine de femmes et d’hommes, avec madame Lise Bilodeau en tête, mettaient sur pied un organisme qui viendrait au secours des nouvelles unions en difficultés à cause des complications inhérentes à ce que les coauteurs du livre De l’amour à la haine appellent l’industrie du divorce. L’ANCQ a été fondée officiellement le 17 novembre 1999, en partie grâce au parrainage de monsieur Henri Lafrance, actuellement président de l’Association des grands-parents du Québec. Les deux fondateurs sont madame Lise Bilodeau, présidente, et monsieur Pierre Grimbert, vice-président de 1999 à 2009. À l’origine, et pour des raisons stratégiques, l’acronyme ANCQ signifiait l’Action des Nouvelles Conjointes du Québec. Plus tard, en fait le 28 novembre 2007, et pour rendre compte davantage de sa vocation, l’ANCQ est devenue l’Action des Nouvelles Conjointes et des Nouveaux Conjoints du Québec.

L’ANCQ est une association sans but lucratif regroupant près de 3 500 membres dans la province de Québec. Depuis sa fondation, l’association est préoccupée par la discrimination et les conditions de vie médiocres vécues par des couples, formés généralement d’hommes divorcés ou séparés, unis à une nouvelle conjointe, et qui désirent refaire leur vie dans l’amour et l’harmonie et, parfois même, avoir des enfants à l’intérieur de leur nouvelle union. Les enfants sont également pris en compte, l’association valorisant le droit d’accès aux deux parents et la présomption de garde partagée. L’ANCQ a acquis depuis 15 ans une expérience hors du commun et une notoriété de par son action modérée. Elle a, entre autres, été une partie demanderesse dans la cause de Me Shiper dans la poursuite intentée contre le Gouvernement fédéral, sur l’inconstitutionnalité de la loi sur le divorce.